Jurassica Museum

Projets de recherche

Géosciences

Le JURASSICA Museum abrite une antenne universitaire en géosciences liée au Département des Géosciences de l’université de Fribourg. Cette antenne universitaire se compose de deux groupes de recherche : un premier se concentrant sur le Cénozoïque (de -65 Ma au présent) et un second se focalisant sur le Mésozoïque (de -252 à -65 Ma). Les grandes thématiques de recherche développées par l’équipe scientifique du JURASSICA Museum sont listées ci-dessous.

De nombreux spécimens de grands mammifères provenant du Cénozoïque d’Europe sont mal connu. La révision des assemblages européens contribuera de manière significative à la compréhension de la diversité et des patrons évolutifs des mammifères d’Europe de l’ouest durant le Cénozoïque. Cet axe de recherche vise à reconstruire l’évolution des paléoécosystèmes terrestres en Europe de l’ouest durant le Cénozoïque, sous l’angle des liens entre changements globaux et locaux/régionaux, en utilisant les assemblages de mammifères provenant de sept intervalles clés : (1) l’endémisme européen à l’Éocène ; (2) la Grande Coupure et le tout début de l’Oligocène ; (3) le renouvellement faunique du Rupélien moyen ; (4) la transition Oligocène-Miocène ; (5) le « Proboscidean Datum Event » ; (6) l' »Hipparion Datum Event » ; (7) la mégafaune de la fin du Pléistocène.

Responsable : PD Dr Damien Becker

Parmi les mammifères, les rongeurs sont aujourd’hui l’ordre le plus diversifié, représentant presque la moitié des espèces de mammifères connues aujourd’hui. Parmi les rongeurs, certaines familles sont en particulier très diversifiées telles que les Cricetidae (famille des hamsters) et les Muridae (famille des souris) qui représentent à elles seules près des 2/3 des espèces de rongeurs. La diversification impressionnante des rongeurs actuels ne se traduit pas seulement par le nombre d’espèces mais également en termes d’écologie, d’anatomie et de physiologie, et par leur étonnante adaptation à presque tous les milieux de vie. La connaissance du registre fossile nous révèle que cette diversification c’est faite rapidement par comparaison à d’autre groupes de mammifères, toutefois les raisons d’une telle diversification propre aux rongeurs reste mal connues. Ce projet de recherche vise à étudier et comparer l’histoire évolutive de différents groupes de petits mammifères, dont les rongeurs, afin de comprendre les processus qui contrôlent leur diversification. Pour se faire, ce travail se concentre sur les périodes Paléogène et Néogene (spécialement entre -40 et -10 millions d’années) et prend en compte des localités fossiles réparties sur tout le continent eurasiatique. Différentes approches phylogénétique, macroécologique et paléobiogeographique sont appliquées afin de suivre l’évolution des petits mammifères à de grandes échelles spatiale et temporelle. Une attention particulière est portée sur les climats et les environnements passés qui se révèlent souvent des facteurs majeurs de contrôle de l’évolution et de la biodiversité.

Responsable : Dr Olivier Maridet

Les vertébrés ectothermes (poissons, amphibiens, reptiles) sont caractérisés par leur dépendance aux sources de chaleur externes / environnementales pour maintenir leur métabolisme. Cette particularité en fait d’excellent outils pour la reconstruction des climats (température, précipitation, etc.) et environnements passés. La formation de la Paratéthys est l’un des évènements clés de la paléogéographie de l’Eurasie durant le Cénozoïque. Cette mer a eu une influence cruciale sur le développement du climat et des écosystèmes terrestres d’Eurasie. L’objectif de ce projet de recherche est : 1) de reconstruire les faunes de vertébrés ectothermes et leur développement dans la région paratéthysienne durant le Néogène ; 2) de reconstituer l’évolution des paléoclimats régionaux au cours du Néogène sur la base des assemblages herpétofauniques ; 3) de suivre l’évolution paléohydrologique des bassins.

Responsable : Dr Davit Vasilyan

Les couches sédimentaires mésozoïques constituant les montagnes du Jura livrent régulièrement des restes de vertébrés (poissons, tortues, crocodiles, ichtyosaures, ptérosaures, dinosaures) témoignant des environnements marins côtiers et terrestres de l’époque. La construction de la Transjurane dans le Canton du Jura et les nombreuses découvertes qu’elle a permis dans le Jurassique supérieur ont ravivé l’intérêt pour l’étude de ces assemblages. Reconstruire l’histoire des communautés de vertébrés de la chaîne du Jura au cours du Mésozoïque apportera un nouvel éclairage sur l’évolution des paléoécosystèmes régionaux et sur la place du Jura dans le contexte paléobiogéographique de l’époque.

Responsable : Dr Jérémy Anquetin

Les tortues et les crocodiles sont souvent perçus comme des reliques du passé. Leur morphologie semble n'avoir pas changé au cours des 200 derniers millions d'années. Cependant, d'un point de vue paléontologique les tortues et les crocodylomorphes sont des groupes très diversifiés caractérisés par une histoire évolutive complexe dont de nombreux aspects restent encore mal compris. Ce projet financé par le Fond National Suisse (FNS) vise à assembler une base de donnée exhaustive permettant d'étudier l'évolution morphologique des tortues (crâne, mandibule et carapace) et des crocodylomorphes (crâne et mandibule) actuels et fossiles en utilisant la morphométrie géométrique 3D et les outils d'analyse statistique multivariée associés. La disparité au cours du temps et les schémas d'intégration morphologique et de modularité seront étudiés en parallèle afin de comprendre quels facteurs ont influencé l'évolution morphologique de ces groupes depuis la fin du Trias.

Responsable : Dr Jérémy Anquetin

La stratigraphie consiste à étudier les couches sédimentologiques en fonction de leur aspect dans le terrain, de leur nature (calcaire, argileuse, etc.) et de leur contenu fossilifère (macro- et microfossiles). La documentation disponible dans la région recoupe essentiellement deux étages stratigraphiques : l’Oxfordien au nord de l’Ajoie et le Kimméridgien dans la région entre Porrentruy et Courtedoux. Les ensembles lithostratigraphiques concernés vont de la formation de St-Ursanne (Oxfordien inférieur à moyen) à la base, jusqu’à la formation de Reuchenette (Kimméridigien inférieur à supérieur). Les données de terrain proviennent essentiellement des carrières et des affleurements naturels, mais aussi des chantiers et des nombreux forages réalisés par des bureaux privés de géologie le long de la Transjurane. Ces données permettent ainsi de préciser la stratigraphie locale et de corréler les niveaux géologiques entre eux.

Responsable : Gaël Comment

Botanique

La fritillaire pintade est une espèce protégée en Suisse, dans le canton du Jura et dans le canton de Neuchâtel. Dans le but de conserver la fritillaire pintade, actuellement en grand danger d’extinction dans le canton du Jura, des renforcements de populations sont prévus sur les sites encore existants du canton du Jura toute comme des réintroductions le long du Doubs, dans le canton du Jura, sur des sites où l’espèce était présente antérieurement.

Depuis 2007, JURASSICA Jardin botanique est impliqué dans un plan d’action pour la réimplantation de la fritillaire pintade (Fritillaria meleagris L.) dans certaines stations des rives du Doubs. À partir de graines prélevées sur des stations du canton de Neuchâtel, des essais de mise en culture de la fritillaire sont testés au Jardin botanique. Les éventuels plans ainsi obtenus seront ensuite réimplantés en milieu naturel adéquat.

Le JURASSICA Museum conserve actuellement plus de 35 000 planches d’herbier dont environ 80% proviennent de Suisse. Pour le moment, ces nombreuses données sont difficilement accessibles. L’objectif du projet est de mettre à disposition des scientifiques et du public les informations botaniques suisses contenues dans l’Herbier du Museum. Pour ce faire, les informations de collecte et déterminations seront transmises au Centre du Réseau Suisse de Floristique (CRSF) ainsi qu’au Groupe d’étude floristique du Jura et du Jura bernois. Pour être intégrées dans les banques de données nationales et régionales, ces informations doivent être mises en forme et les données complétées ou réactualisées.

Zoologie

Depuis 2006, un collaborateur associé du Muséum (Ladislas Reser), ancien conservateur de l’entomologie du Natur-Museums Luzern effectue une étude exhaustive des papillons nocturnes du canton du Jura. Cette étude est financée principalement par le CSCF (Centre Suisse de Cartographie de la Faune, Neuchâtel). Huit sites en Ajoie et quatre dans les Franches-Montagnes ont été explorés dans la période 2006-2011. Six autres emplacements sont étudiés depuis 2011 à raison de trois nuits par mois. Les « captures » sont inventoriées au Muséum, puis enregistrées dans la base de données du CSCF et constituent une importante collection de référence. L’analyse approfondie des résultats 2006-2011 a également été publié (« Lepidopterologische Mitteilungen aus Luzern », n° 3, 4 et 10).

Newsletter
E-mail invalide!
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.